Les différences entre un poste à bas et à haut salaire

Les entreprises québécoises sont soumises à des démarches et responsabilités différentes, selon qu’elles embauchent un travailleur étranger temporaire à haut ou à bas salaire. On opère cette distinction au regard de l’indice horaire médian en vigueur dans la province (23,08 $ CAN de l’heure depuis le 11 mai 2020, indice révisé chaque année).

Par exemple, dans le cadre d’une embauche à un poste à bas salaire, l’employeur aura certaines obligations vis-à-vis du travailleur étranger temporaire, comme payer son billet d’avion aller-retour, l’aider à trouver un logement abordable et convenable ou encore lui offrir une couverture d’assurance maladie équivalente à celle offerte par le système public, dès son arrivée et jusqu’à ce qu’il ait droit aux prestations du système public. Toujours dans le cadre d’un poste à bas salaire, l’employeur peut être autorisé à embaucher le travailleur étranger temporaire pour une durée de 24 mois maximum renouvelable (un seuil réhaussé en avril 2020), et 6 mois pour un contrat saisonnier (à ne pas confondre avec le programme des travailleurs agricoles saisonniers).

D’un autre côté, dans le cadre d’une embauche à un poste à haut salaire, l’employeur n’a aucune obligation d’assumer les dépenses d’installation du travailleur étranger temporaire.

Pour connaître les exigences relatives aux postes à bas salaire.

Pour connaître les exigences relatives aux postes à haut salaire.

Autres pages sur le même thème
Le réseau des représentations du Québec à l’étranger

Le gouvernement du Québec s'appuie sur un réseau local de représentation à l'international.

La francisation au cœur de la politique d’intégration des personnes immigrantes

Bien souvent, la maîtrise de la langue est un facteur d'intégration supérieur aux compétences.